Sélectionner votre langue : Français

16 - 05 - 2016

MA-histoire-vizir

Sauvons Vizir, épisode 7 : « Vizir » devient anglais

Une fois mort, « Vizir » passera de main en main, dans un contexte politique tendu.

Monsieur de Chanlaire le fait naturaliser après sa mort mais, inquiété par le pouvoir, de peur de voir « Vizir » confisqué ou détruit, il choisit de s’en séparer et transmet la dépouille à un Anglais du nom de William Clark, habitant dans le Nord-Pas-de-Calais. En 1839, ce dernier est à son tour contraint de faire de même, pour des raisons politiques.

En effet, au lendemain du coup d’Etat manqué de Louis-Napoléon Bonaparte, toute personne réputée fidèle au souvenir napoléonien est inquiétée, qui plus est un Anglais dont le pays est l’allié de la France de Louis-Philippe. Il décide donc de se défaire du cheval en le remettant à l’un de ses concitoyens John Greaves, qui l’emporte à Manchester et l’offre à la Société d’Histoire naturelle locale. Mais avant de franchir la frontière, celui-ci doit, par souci de discrétion, découdre la peau du cheval, se débarrasser de son encombrant mannequin et la camoufler dans ses bagages.

Accédez à la campagne de financement participatif “Sauvons Vizir, le dernier cheval de Napoléon”

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires