Sélectionner votre langue : Français

14 - 04 - 2014

Interview Dong-Suk Kang, violoniste

Les coulisses musicales : Aux origines du cycle MusicAlp – Dong-Suk Kang, violoniste

Depuis de nombreuses années, la saison musicale du musée de l’Armée a le plaisir d’accueillir au Grand Salon des Invalides les artistes de l’Académie – Festival MusicAlp, qui se tient tous les ans à Tignes (en Savoie) autour de concerts et de cours de musique réunissant de grands solistes internationaux. Depuis 15 ans, c’est plus de 9000 étudiants et 36 nationalités qui se sont rassemblés à cette occasion, et c’est l’immense qualité de ce festival que le musée de l’Armée s’attache à promouvoir auprès de son public de mélomanes avertis.

Trois rendez-vous, véritables joutes instrumentales sur les cimes musicales, ont ponctué cette année le mois de mars et ont offert des moments inoubliables à tous les auditeurs présents. Nous avons pu poser quelques questions au violoniste Dong-Suk Kang, fondateur et directeur artistique de l’Académie – Festival MusicAlp aux côtés du pianiste Pascal Devoyon.

Tout d’abord, quelques mots sur votre parcours et notamment votre formation… Qu’est-ce qui vous a conduit à la prestigieuse institution de New-York, la Juilliard School ?

C’est toujours un choix difficile de partir à l’étranger pour poursuivre ses études, mais j’ai pris la décision d’aller à la Juilliard School dans la foulée de mes prédécesseurs coréens, non seulement attiré par l’excellente réputation de cette institution mais aussi, et surtout, pour suivre l’enseignement du grand Ivan Galamian qui dirigeait le département de violon de l’école. C’est lui qui m’a ensuite mis sur le chemin du Curtis Institute où j’ai poursuivi ma formation. Je voulais vraiment y aller tant il est difficile d’y entrer. C’était l’opportunité d’évoluer dans un environnement de jeunes prodiges.

Pourquoi avoir choisi de vous associer à la saison musicale du musée de l’Armée ?

Nous cherchions une vitrine parisienne de qualité à l’Académie – Festival MusicAlp, mais nous ne voulions pas aller n’importe où et il était important d’avoir un endroit particulier avec une forte identité. C’est ce que le musée de l’Armée a pu nous offrir avec le Grand salon de l’hôtel national des Invalides, un cadre majestueux, une acoustique au rendez-vous, et une atmosphère qu’on ne trouve nulle part ailleurs.  Mais je dois avouer qu’il y a aussi une part de hasard qui m’a aussi conduit aux Invalides la première fois, où je suis venu assister à un récital donné par Pascal Devoyon. Cela va faire 11 ans que nous venons chaque année aux Invalides, et nous souhaitons que cela continue !

Vous avez plutôt une carrière de concertiste – comme tous les artistes qui se produisent à vos côtés dans le cadre du cycle MusicAlp – que vous apporte cette pratique différente que constitue la musique de chambre ?

Ah, tous les plus grands solistes du monde ont besoin de jouer de la musique de chambre ! C’est vrai, ce n’est absolument pas la même chose que d’être concertiste qui est une activité de relative solitude, alors que la musique de chambre a un côté plus satisfaisant et plus épanouissant et vous permet de jouer avec vos collègues et amis. C’est aussi l’occasion d’explorer un répertoire beaucoup plus large au violon, car le nombre de pièces pour violon soliste est, somme toute, assez limité. C’est donc d’abord un plaisir personnel que la musique de chambre, mais c’est ensuite un échange constant avec les autres musiciens dont on apprend beaucoup, et je dirais qu’avec l’expérience on en vient à la préférer pour cela. Cette configuration particulière, où il y a toujours beaucoup à découvrir, est enfin idéale pour l’enseignement, d’où l’omniprésence de la musique de chambre dans la programmation du festival MusicAlp et de ses concerts.

Comment construisez-vous les programmes des concerts ?

La direction artistique est une affaire de compromis, car la réflexion à mener est à la fois thématique et pratique, en fonction des effectifs de musiciens disponibles. Les programmes se construisent donc peu à peu au fil des suggestions et interventions de chacun. Le maître mot : il faut que cela fasse plaisir aux artistes !

Quelques mots pour nous donner envie de revenir vous écouter l’année prochaine ?

Le cycle MusicAlp vous propose des concerts uniques : une ambiance chaleureuse toujours au rendez-vous, des musiciens d’excellente qualité, et un répertoire très varié pour plaire au plus grand nombre… réservez vos soirées ! Les dates en sont déjà fixées aux lundis 2, 16 et 30 mars 2015 !

Propos recueillis par Jean-François Gaudin
Chargé des publics et de la promotion
de la saison musicale

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires