Sélectionner votre langue : Français

24 - 07 - 2015

Dans l'honneur et par la victoire : épisode 3

Dans l’honneur et par la victoire, épisode 3 : les cinq communes « compagnon de la Libération »

Décorer une collectivité territoriale est une tradition ancienne qui remonte à l’Empire napoléonien. C’est l’action menée par une partie importante de sa population, parfois victime d’une répression collective, qui justifie l’attribution d’une décoration à une ville.

MA BA ExpoMol 4 20150724 300x203 Dans lhonneur et par la victoire, épisode 3 : les cinq communes « compagnon de la Libération »

MA BA ExpoMol 2 20150724 300x214 Dans lhonneur et par la victoire, épisode 3 : les cinq communes « compagnon de la Libération » Lorsque le général de Gaulle crée l’ordre de la Libération en novembre 1940, il envisage déjà que l’insigne de l’ordre, la croix de la Libération, puisse être décerné également à des « collectivités civiles ». Seules cinq communes françaises seront nommées compagnon de la Libération : Nantes, Grenoble, Paris, Vassieux-en-Vercors et l’île de Sein.

La disparition inéluctable des compagnons au sein d’un ordre clos a conduit à la création en novembre 2012 du Conseil nationalMA BA ExpoMol 3 20150724 300x218 Dans lhonneur et par la victoire, épisode 3 : les cinq communes « compagnon de la Libération » des communes « Compagnon de la Libération ». Formé des compagnons vivants, d’un délégué national et des maires en exercice des communes « Compagnon » qui, elles, ne disparaîtront pas, ce conseil assure aujourd’hui la direction de l’ordre de la Libération et sa pérennité.

MA BA ExpoMol 5 20150724 300x231 Dans lhonneur et par la victoire, épisode 3 : les cinq communes « compagnon de la Libération »

Crédits photos : © musée de l’ordre de la Libération / DR
Photo de couverture : Obsèques de Karl Hotz ©Archives municipales de Nantes

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires

1 commentaire

  1. 25 juillet 2015 à 11h10

    Rouyr |

    Je ne vois pourquoi Paris ait été fait Compagnon de la Libération D'autres cités plus martyrisées ou ayant jouées de plus grands rôles dans la Résistance Lyon par exemple) l'auraient méritées plus que la capitale qui ne s'est libérée que grâce à l'avancée des Alliés et la plus ou moins non intervention du General von Choltitz C'est comme la Légion d'Honneur perçut par la police parisienne, celle-ci ayant eut un rôle très actif lors des grandes rafles anti-juives