Sélectionner votre langue : Français

8 - 03 - 2017

MA_La-Fayette_ep07

La Fayette nous voilà ! : épisode 7

MA BA La Fayette 0701 300x211 La Fayette nous voilà ! : épisode 7

Nos sous-marins dans un port, photographie allemande © Washington, Library of Congress Photographs Division Washington, D.C. 20540 USA

La photographie ci-dessus porte une légende en allemand Unsere Unterseeboote in Hafen qui signifie Nos sous-marins dans un port. Seize sous-marins sont à quai. Au premier plan on distingue, de gauche à droite : U-22, U-20, U-19 et U-21. En août 1914, La marine impériale allemande possède 28 U-Boote. Les Alliés disposent également de sous-marins, mais le U-Boot est l’un des plus performants. Le droit maritime indique que les navires marchands doivent être avisés de l’imminence d’une attaque, ce qui permet à l’équipage de gagner les canots de sauvetage, mais la guerre sous-marine repose généralement sur des attaques par surprise dont l’auteur reste invisible.

MA BA La Fayette 0702 221x300 La Fayette nous voilà ! : épisode 7

New York Tribune © Washington, Library of Congress

Le 6 août 1916, une page complète de “The Tribune Graphic”, rubrique du journal New York Tribune, est concacrée à l’explosion de Black Tom Island. Aucune allusion n’est encore faite à un possible sabotage allemand, car c’est plus tard que des rumeurs seront répandues. Le 20 avril 1918, le Congrès crée le Sabotage Act pour enquêter sur une quarantaine d’explosions « mystérieuses ». En 1933, l’officier du renseignement de la marine allemande en poste aux États-Unis pendant le conflit, Franz von Rintelen (1878-1949), publie un livre, The Dark Invader, dans lequel il raconte ses missions. En 1939, l’Allemagne reconnait officiellement l’acte de sabotage de Black Tom.

Le texte du télégramme publié dans la presse américaine peut être traduit ainsi :

Nous avons l’intention de déclencher le 1er février une guerre sous-marine totale. En dépit de cela, nous désirons que les États-Unis restent neutres, et si nous n’y réussissons pas, nous proposons une alliance au Mexique.
Nous ferons la guerre ensemble et nous ferons la paix ensemble. Nous accorderons notre appui financier au Mexique, qui aura à reconquérir les territoires du Nouveau Mexique, du Texas et de l’Arizona.
Les détails du règlement sont laissés à votre initiative.
Vous aurez à informer le président du Mexique de la proposition ci-dessus aussitôt que vous serez certain de la déclaration de guerre avec les États-Unis, et vous suggérerez que le président du Mexique, de sa propre initiative, communique avec le Japon, proposant à cette dernière nation d’adhérer immédiatement à notre plan, et vous offrirez en même temps d’agir comme médiateur entre l’Allemagne et le Japon.
Veuillez attirer l’attention du président du Mexique sur l’emploi sans merci de nos sous-marins, qui obligera l’Angleterre à signer la paix dans quelques mois.

Signé : ZIMMERMANN

Entrée en guerre des États-Unis

La guerre sous-marine totale

En réaction au blocus de l’Allemagne par les Alliés dès le début du conflit, les U-Boote de la marine allemande sont lancés dans une guerre sous-marine qui vise les navires, tant civils que militaires, sans distinction de nationalité.

Le paquebot britannique RMS Lusitania réquisitionné au début du conflit par la Royal Navy comme croiseur auxiliaire, continue ses traversées transatlantiques pour la compagnie Cunard. Le 7 mai 1915, le U-20 le torpille au large des côtes irlandaises. 2 001 passagers, dont 123 Américains, meurent alors que le paquebot sombre en 18 minutes. La presse américaine pointe du doigt l’Allemagne pour sa barbarie contre des ressortissants d’un pays neutre. Le président des États-Unis menace d’entrer en guerre aux côtés des Alliés. Guillaume II d’Allemagne stoppe, momentanément, la guerre sous-marine à outrance. Cependant que chacun des pays concernés cherche à rejeter la responsabilité et les conséquences du naufrage sur les autres. Aujourd’hui encore les avis des spécialistes divergent sur l’ensemble du scénario qui a abouti à ce naufrage.

Sabotages allemands aux États-Unis

Pour empêcher les livraisons de matériel aux puissances de l’Entente, le réseau d’espionnage allemand aux États-Unis a effectué plusieurs sabotages sur le territoire américain. L’un des plus marquants est celui du 30 juillet 1916, lorsque le dépôt de munitions de Black Tom Island à Jersey City est détruit à l’aide de petites bombes incendiaires à retardement. Le site abritait environ 1 000 tonnes d’explosifs embarquées à bord d’une barge et en attente de transbordement vers les pays en guerre. La société Lehigh Valley Railroad, propriétaire du dépôt, a réclamé des dommages à l’Allemagne auprès de la Commission mixte des réclamations germano-américaine instituée par le traité de paix de Berlin de 1921. Le paiement a été effectué par l’Allemagne de l’Ouest en 1979.

Le Télégramme Zimmermann

Le 16 janvier 1917, Arthur Zimmermann, secrétaire d’État allemand aux Affaires étrangères, adresse un télégramme codé à l’ambassadeur d’Allemagne à Washington, le comte de Bernstorff, afin qu’il le transmette à l’ambassadeur d’Allemagne au Mexique, Heinrich von Eckardt, ce dernier devant le remettre au gouvernement mexicain. Il est intercepté secrètement par la marine britannique puis déchiffré, le 22 février 1917. Pour le transmettre aux Américains sans révéler leur source, les Britanniques se procurent une copie du télégramme envoyé à Mexico. Elle est remise au président américain Wilson qui la publie dans la presse américaine, le 1er mars 1917. La nouvelle exacerbe les tensions entre les États-Unis et le Mexique, alors que la population américaine a des doutes sur la véracité du document. Les discours de Zimmermann, qui tente de justifier son acte, confirment son authenticité les 3 et 29 mars 1917.

Le 6 avril 1917

Le 2 avril 1917,  Wilson demande au Congrès de déclarer la guerre à l’Allemagne. Le 6 avril 1917, le Congrès accepte. L’entrée en guerre des États-Unis aux côtés des Alliés résulte donc d’un ensemble d’événements, de l’évolution du conflit et de celle de l’opinion américaine influencée par la presse.

 

 

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires