Sélectionner votre langue : Français

14 - 07 - 2015

Dans l'honneur et par la victoire : épisode pilote

Dans l’honneur et par la victoire, épisode pilote : Les unités militaires compagnons de la Libération

L’appel du 18 juin 1940 lancé par le général de Gaulle depuis Londres, sur les ondes de la BBC, donne naissance à la France libre. Cette organisation militaire et politique a pour but de continuer la guerre auprès des Alliés.

MA BA ExpoMol 1 20150714 126x300 Dans lhonneur et par la victoire, épisode pilote : Les unités militaires compagnons de la LibérationRapidement, le chef des Français libres estime indispensable de distinguer les plus méritants de ceux qui l’ont rejoint pour poursuivre la lutte. Ne pouvant attribuer les hautes décorations françaises, il décide de créer un « insigne nouveau » et institue l’ordre de la Libération le 16 novembre 1940 à Brazzaville (Congo), ordre dont il sera l’unique Grand-Maître.

Les membres de l’ordre reçoivent la croix de la Libération et portent le titre de compagnon de la Libération. Cette décoration prestigieuse, attribuée seulement entre janvier 1941 et janvier 1946, distingue les hommes et les femmes mais aussi les collectivités civiles ou militaires qui se sont « signalés de manière exceptionnelle dans l’œuvre de la libération de la France et de son Empire ». Décernée à 1 038 personnes, 5 communes françaises et 18 unités combattantes, elle ne comprend qu’un seul grade.
En 1964, l’ordre de la Libération s’installe aux Invalides où il crée son musée qui, après rénovation, rouvrira au public le 16 novembre 2015.
Le titre de cette exposition, centrée sur l’action des 18 unités militaires compagnons de la Libération, reprend les dernières paroles rituelles prononcées lors de la remise de la croix aux compagnons :

« Nous vous reconnaissons comme notre compagnon pour la libération de la France, dans l’honneur et par la victoire ».

Il permet de rappeler que l’ordre de la Libération est aussi – et surtout – un ordre combattant.

Crédits photos : © musée de l’ordre de la Libération / DR

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires