Sélectionner votre langue : Français

27 - 03 - 2015

100 ans de photographie aux armées, épisode 13 : la guerre d’Algérie au cœur des opérations, Marc Flament

Né en 1929 à Bordeaux, Marc Flament s’engage dans l’armée a l’âge de dix-huit ans et rejoint les parachutistes coloniaux qu’il suit en Indochine jusqu’en 1956. Durant ces années, il réalise de nombreux dessins humoristiques pour le journal Caravelle.

Un marin muni d'un appareil photographique observe la ville de Lagouat, aux portes du désert saharien, Algérie, 1960 © ECPAD / Marc Flament

Opération "Youks" dans les Nementchas, à proximité de Youks-les-bains. Conduite par le 3e RPC, elle vise à intercepter les combattants rebelles qui passent la frantière tunisienne dans le secteur de Tébessa, Algérie, février 1958 © ECPAD / Marc FlamentIl se réengage en 1956 en Algérie, et est affecté comme photographe au sein de la 10e division parachutiste à Alger, bien qu’il n’ait aucune expérience dans ce domaine. Il trouve là une nouvelle passion qui s’accorde avec son goût prononcé pour l’aventure et l’action : devenant en 1957 le photographe attitré du lieutenant-colonel Bigeard, il participe à toutes les opérations avec les parachutistes et les commandos de chasse. Il produit ainsi plus de 30 000 clichés sur ce conflit jusqu’en 1961, mettant en valeur, souvent sur un mode héroïque et esthétisé, les hommes du 3e régiment de parachutistes coloniaux (RPC).
Ses images, produites hors du cadre du 5e bureau, échappent au filtre de la censure institutionnelle. Largement exploitées et diffusées localement, elles reflètent parfois la dureté des arrestations, des perquisitions et des combats.
Sa production est marquée à la fois par des recherches formelles originalesEnfants d'Aïn-Sefra, Algérie, 1960 © ECPAD / Marc Flament et par une empathie frappante avec ses modèles. Il réalise ainsi tour à tour de nombreux et touchants portraits d’enfants et des clichés qui subliment la souffrance ou le désarroi des parachutistes : la photographie de la mort du jeune Jacques Schneidenbach suggère ainsi des rapprochements avec certaines représentations de La Pietà.

Bataille de Timimoun : mortellement blessé au combat, le jeune parachutiste Jacques Schneidenbach, âgé de vingt ans est entouré par ses camarades du  RPC, Hassi-Rhambou, Algérie, 21 novembre 1957 © ECPAD / Marc Flament

Crédits photos : © ECPAD / Marc Flament

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires